En Côte d'Ivoire, le champagne coule comme l’eau accompagné de gros cigares dans les fêtes de jeunes

L'Afrique sera le marché connaissant la croissance la plus rapide pour la bière et d'autres boissons alcoolisées dans les quatre prochaines années

Some hair creations by Ivory Coast hairstylist Dieudonne Senato: speaking to the country's independent-minded aged 30 to 35 who are driving the market for expensive fashionable things. (Photo/AFP).

Some hair creations by Ivory Coast hairstylist Dieudonne Senato: speaking to the country's independent-minded aged 30 to 35 who are driving the market for expensive fashionable things. (Photo/AFP).

IL y a peu de choses que le peuple de la Côte d’Ivoire aime le plus qu’une soirée avec le champagne, la musique et de gros cigares.

Les ventes de champagne sont montées en flèche dans la nation de l’Afrique occidentale, le faisant le marché connaissant la croissance la plus rapide pour le pétillant en Afrique.

Des ventes presque triplées entre 2011 et 2014 à 211,103 bouteilles, selon le Champagne Comite, une association commerciale basée dans l’Epernay, en France. Et jugeant les dernières évaluations, les ventes ont augmenté de 65 % de nouveau l’année dernière, selon Taittinger SA, un producteur de champagne qui a récemment décrit ses projets pour l’expansion Africaine à une réception festive dans la capitale commerciale de la Côte d’Ivoire, Abidjan. 

Une bouteille de champagne en Côte d’Ivoire coûte aux environs de 22,500 francs (38$) et peut aller jusqu’à environ 120,000 francs (200$) - pas exactement bon marché dans un pays où le revenu par habitant est de $1,319 en 2015, selon le Fonds Monétaire International. Mais cela ne dissuade pas les consommateurs pour autant.

“Le Champagne coule comme l’eau en Côte d’Ivoire,” a dit Vincent Voisin, le directeur de L’Afrique et le Moyen-Orient exportateur de Grands Chais de la France, un des exportateurs principaux de la France de vins et spiritueux.  

“Les Ivoiriens aiment faire la fête et les femmes consomment de plus en plus. C’est devenu un luxe abordable, dans une classe moyenne croissante qui se permet de s’amuser, de faire la fête car elle a de l’argent !”, a dit Voisin dans une interview à Abidjan.   

Avec une population vieillissante en Europe et une croissance soumise, plus d’entreprises de consommateurs se tournent aux économies en expansion rapide en Afrique, où les jeunes constituent une majorité. 

La vente de Champagne diminue à l’Union Européenne et n’a pas tellement changé pendant des décennies aux États-Unis. L’Afrique sera le seul marché connaissant la croissance la plus rapide pour la bière et d’autres boissons alcoolisées dans les quatre prochaines années. Selon les chargés d’études de commerce basés à Londres tels que IWSR et le Canadean.   

En se remettant d’un conflit prolongé d’une décennie qui a culminé dans une bataille sanglante pour Abidjan en 2011, la Côte d’Ivoire profite de l’urbanisation rapide, une classe moyenne s’étendant et change des données démographiques. D’une population de 23 millions, 59% sont moins de 25 ans et plus d’un tiers sont d’âge de travailler, entre 25 et 54 ans.

Le Nigeria, qui a la plus grande population de l’Afrique de plus de 170 millions, dépasse toujours les rangs des plus grands acheteurs de champagne sur le continent, suivi par l’Afrique du Sud. Quatre années consécutives de croissance économique rapide à la Côte d’Ivoire ont traduit une ascension de 20% du revenu par habitant, selon le FMI. L’année dernière, l’expansion de l’économie a été évaluée à 8.6%, plus que deux fois la moyenne en Afrique sub-saharienne. Le gouvernement prédit une croissance d’au moins 9 pour cent cette année. Mais il y a plus que juste de données démographiques changeantes. Les Ivoiriens ont une réputation parmi les Africains occidentaux pour leur nature de bons-vivants, de leur musique de lancement de tendances et leur amour de la mode. 

Le rétablissement a aussi attiré, de nouveau, les citoyens qui se sont enfuis de la crise aux pays, incluant la France, ancien gouverneur colonial de la Côte d’Ivoire. Parmi ceux qui ont retourné sont beaucoup des femmes fortement instruites, d’esprit indépendant d’âges variant de 30 à 35 ans, apportant avec eux une prédilection pour la qualité des marques étrangères, selon Ranie-Didice Bah, un économiste au ministère du Travail de la Côte d’Ivoire.

“Ces femmes sont accoutumées à certains produits alimentaires et à certain style vestimentaire” elle a dit au téléphone. 

“Et c’est elles qui alimentent la demande locale pour les marques étrangères que vous voyez apparaitre brusquement dans Abidjan, du champagne s’étendant aux chaînes de supermarchés à la boulangerie”. 

- Bloomberg

(Translation by Verohanta Spooner)

Related Content

Topics In This Section

Comments

blog comments powered by Disqus